Non classé

1,93

Du bout de ses oreilles tombantes à la pointe de sa queue, Dewey pèse 1,93 kg. Un cours d’anatomie vivant. Il y a deux ans, en surpoids, il en pesait 3,03. Plus d’un kilo de graisse et de muscle envolé, sur un petit lapin, ça compte.

On voit à peine ses yeux enfoncés dans leurs orbites, maintenus là par l’état de maigreur et de déshydratation du petit animal. Il réagit peu. Il ne se débat pas, même quand on l’embête. A la base de son oreille droite, il y a une grosse masse chaude, dans laquelle on devine des tonnes de pus qui ne demandent qu’à sortir. Dans sa bouche, des dents trop longues, beaucoup trop longues, qui empêchent Dewey de manger depuis des mois.

Le constat est affligeant. Moi qui ne suis pas une grande amatrice de « NACs », je n’ai pas besoin d’un oeil expert pour me rendre compte de la gravité de la situation. Dans la petite salle de consultation, nous sommes nombreux à nous demander comment Dewey va pouvoir vivre.

De son côté, la propriétaire part dans tous les sens. Ne comprend pas. Elle ne réalise pas que son lapin souffre quand nous lui expliquons qu’une prémolaire lui a perforé la joue, n’imagine pas que cette otite puisse mériter un traitement chirurgical. Ne conçoit pas de dépenser les centaines d’euros dont nous aurions besoin pour remettre la petite bête d’aplomb. Elle négocie tout : le bilan sanguin, c’est bien nécessaire ? Le scanner, vous croyez ? Il faut vraiment qu’il reste hospitalisé si longtemps ? Elle recompte, sur son téléphone, ce qu’elle aurait à payer si nous renoncions à faire ci ou ça. Nous avons du mal à concevoir d’y renoncer. Deux mondes, deux langages différents. La médecine d’un côté, le coût monumental des soins de l’autre, tellement méconnu en France. Je m’efforce de pardonner.

Après des négociations terriblement longues, nous parvenons à récupérer Dewey pour une nuit d’hospitalisation et un parage dentaire, c’est tout. Rien pour l’otite, pas de bilan sanguin ni de scanner. Autrement dit : le risque anesthésique n’est pas maîtrisé, nous ne savons pas vraiment ce que nous allons opérer, et le lapin continuera à souffrir. Evidemment, la clinicienne parle au moins de vider l’abcès de son oreille sans rien compter de plus.

Dewey passe la nuit sous perfusion. Il va plutôt bien pour un animal mourant. Il mange comme un affamé (mais pas son foin, dont la propriétaire a toujours cru qu’il devait simplement servir de litière), et le reste du temps, il reste aplati dans un coin de sa cage.

Le lendemain, stétho sur son thorax, je réalise qu’un truc cloche. Son coeur déconne. Impossible de savoir à quel point, mais mon auscultation n’est pas normale. Inutile d’imaginer lui faire un quelconque examen cardiaque. J’appelle la propriétaire. Trois fois. Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire d’un lapin cardiopathe ? Pas de réponse. Je laisse un message lui demandant de nous rappeler de toute urgence. Rien ne se passe. Je commence à avoir du mal à pardonner.

Nous montons au bloc, posons le masque d’anesthésie sur le nez du lapin bélier. Il s’endort. Pinces à ECG. L’appareil se met directement à hurler. La clinicienne aussi. La fréquence cardiaque du lapin est à peu près la moitié de ce qu’elle devrait être en réalité. Nous coupons l’anesthésie en urgence. Le coeur repart, Dewey revient à lui. Nous le remettons dans sa cage : ses dents et son oreille attendront. Nous lui donnons des tonnes de légumes et de granulés, façon « dernier repas du condamné ». Nous savons tous ce qui l’attend : faute d’argent, faute d’investissement, faute de chance peut-être, tôt ou tard, Dewey devra être euthanasié. Ou mourra de sa douleur.

Le coeur un peu gros, je relis le compte-rendu de la consultation d’il y a deux ans. Je lis « lapin en surpoids », « augmenter la proportion de foin dans la ration », « élongation d’une prémolaire, consulter un vétérinaire si l’appétit de Dewey devient sélectif ou si l’animal maigrit ».

J’ai de plus en plus de mal à pardonner.

 

Pour plus d’informations sur le mode de vie de votre lapin, son alimentation, comment s’en occuper… Il y a Marguerite et Cie ! N’attendez pas qu’une catastrophe arrive pour vous renseigner.

 

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s